La pomme de terre créée en Belgique

Louisa la pomme de terre belge résistante au mildiou

A la demande des producteurs et après 10 ans de recherches, voici la Louisa : une pomme de terre au goût irrésistible en cuisson chips, et tolérante au mildiou ! Cette nouvelle venue limite la nécessité d’épandage de produits phytopharmaceutiques et est particulièrement savoureuse et croustillante en chips. C’est tout bénéfice pour notre environnement, et … nos papilles. Le Centre wallon de Recherches agronomiques (CRA-W) est au cœur de cette innovation.

La culture de la pomme de terre est un véritable exploit. Quand on plonge sa main dans un sachet de chips, on ne s’imagine pas que, derrière, tout un monde est à l’œuvre pour parfaire la qualité de la pomme de terre que nous aimons tant ! Et en matière de pomme de terre, les scientifiques belges sont à la pointe du progrès. Le CRA-W a ainsi pu développer une nouvelle variété de pommes de terre : la Louisa.

Une variété meilleure pour l’environnement

 Il est possible d’utiliser d’autres moyens que les fongicides en développant des variétés de pommes de terre résistantes au mildiou

« Nous travaillons sur l’amélioration variétale en sélectionnant de nouvelles qualités de pommes de terre », explique Alice Soete, agronome attachée scientifique à l’origine de ce projet. « Ici, l’objectif est d’améliorer la résistance au mildiou ». Le mildiou détruit les cultures de pommes de terre. Et aujourd’hui, le seul moyen efficace de s’en protéger est d’épandre des fongicides qui protègent la pomme de terre de l’attaque du champignon. Sans cela, le mildiou se répand et détruit en très peu de temps des cultures entières.

« Mais il est possible d’utiliser d’autres moyens que les fongicides en développant des variétés de pommes de terre tolérantes au mildiou. Elles existaient déjà mais elles ne présentaient pas de qualités gustatives suffisantes pour l’alimentation humaine. L’idée était donc de développer une pomme de terre qui soit résistante, bonne, belle, et qui garde ses qualités gustatives et nutritionnelles une fois cuisinée », poursuit Alice Soete.

Des producteurs lassés d’épandre, à la recherche de la chips « parfaite »

Nous avons obtenu une pomme de terre résistante au mildiou

De fait, cette demande d’une pomme de terre de qualité résistante au mildiou vient des producteurs à la base. Des producteurs avec lesquels les chercheurs ont travaillé main dans la main depuis 2005 et depuis le début de ce projet. « Il faut une dizaine d’années en moyenne pour créer une nouvelle variété. Nous avons pu inscrire officiellement Louisa en 2017. Pour pouvoir l’inscrire au catalogue, cette variété devait être aussi bonne – voire meilleure – que les autres variétés existantes». Et c’est bien le cas de Louisa.

« Nous avons décidé, dès le départ, de travailler à l’amélioration de la résistance au mildiou. Au départ d’un semis de graines en 2007 et après un travail très long et minutieux, nous avons obtenu une pomme de terre tolérante au mildiou, qui est bien ronde, qui présente un bon rendement à la découpe – ce qui est très important pour les chips – mais qui présente également une belle coloration à la cuisson ».

Belle reconnaissance

Elle commence à être connue et reconnue en Belgique, mais aussi à l’étranger

La variété et ses qualités ont déjà séduit les agriculteurs mais aussi les producteurs de chips incontournables comme Roger &Roger . « Elle commence à être connue et reconnue en Belgique, mais aussi à l’étranger ». Ce qui est un petit exploit car « en matière d’amélioration variétale, nous sommes des petits poucets en Belgique, à côté des moyens dont disposent les Pays-Bas, l’Allemagne ou la France ». Un peu comme en football, la taille de notre petit pays ne nous empêche pas d’être les numéros 1 de la pomme de terre.

Mais au fait, pourquoi Louisa ? On donne aux roses des noms de princesses ou d’actrices célèbres mais les pommes de terre, comment fait-on ? « Louisa tire en fait son nom de Jean-Louis. C’était notre ancien chef et quand il est parti à la retraite on a voulu lui rendre hommage de cette manière ».

Eh bien merci, Jean-Louis et Alice ! Nous ne dégusterons plus nos chips de la même manière grâce à vous.