Alors, Belge ou Française, la frite ?

De la légende…

Revendiquée des deux côtés de la frontière avec parfois une bonne dose de mauvaise foi, la pomme frite, telle qu’on la connaît aujourd’hui, a du mal à trouver ses origines. Du côté Belge, la légende veut que les habitants de Namur auraient substitué les fritures de jeunes poissons par des bâtonnets de pomme de terre lors d’un hiver particulièrement rigoureux, l’épaisseur de la glace empêchant la pêche. Cette histoire remonterait au XVIIIe siècle. Or, à cette époque, le prix des graisses en faisait un produit réservé aux nantis. Frire était un luxe. Exit donc la pomme frite populaire. Il faudra attendre le XIXe siècle pour que les marchands ambulants proposent des « bâtonnets de pommes frites ». Ce qui fait que la friterie est, de fait, née en même temps que la frite.

De l’autre côté de la frontière, on revendique la pomme frite dès les lendemains de la révolution. Il est vrai que la révolution a largement démocratisé la cuisine des nantis. Mais les pommes frites citées par les historiens français n’ont pas grand chose à voir avec celles qui accompagnent nos moules ou nos boulets, ou avec celles de nos mitraillettes. Il s’agit, pour être honnête, presque de beignets. La pomme de terre était préalablement trempée dans une pâte à frire… Tous les manuels de cuisine française cités pour revendiquer la paternité de nos bâtonnets ne mentionnent en fait que des… rondelles.

Les français auraient-ils été victimes de leur quête d’élégance, considérant la coupe en bâtonnets grossière ?

A la réalité …

Même si des deux côtés de la frontière on sait apprécier cette préparation centenaire, en Belgique, on la travaille, on la décline comme personne. Entre graisse de boeuf et graisse végétale, on jongle avec les températures, les temps de cuisson et de repos pour atteindre le Graal du frituriste : un cœur tendre à la peau délicieusement croustillante. Ici, on revendique Madame La Frite comme patrimoine immatériel. Ici, nous les accompagnons de sauces aux noms improbables, en cornets ou en barquettes. Dans notre royaume, la frite accompagne toute notre gastronomie, des tables les plus modestes au plus nobles.

Nous aimons la frite comme personne. Et quand on aime on ne compte pas… c’est sans doute pour cela que la Belgique est le premier exportateur mondial de frites !